Société

Bonne fête à toutes les familles !

Ce lundi 15 mai, élus et militants cdH, emmenés par Céline Fremault, Benoît Cerexhe, Julie de Groote, Pierre Kompany, Christophe De Beukelaer,… ont fêté la Journée internationale des Familles en allant à la rencontre des familles, afin d’échanger et de débattre de leurs préoccupations et attentes au quotidien.

L’occasion de rappeler les mesures déjà mises en œuvre par nos Ministres :

  • +6.850 placesen crèche et chez les accueillantes pour les enfants de 0 à 3 ans ;
  • Accès élargi aux prêts du Fonds du Logement (taux avantageux et jusqu’à 120% de la valeur du bien) à tous les jeunes ménages bruxellois pour les aider à devenir propriétaire ;
  • +24 millions d’euros/anpour la rénovation des bâtiments scolaires et la création de nouvelles places dans les écoles.

Commémorations/Attentats du 22mars: "Il y a un an, l’innommable s’abattait sur Bruxelles…"

Il y a un an, l’innommable s’abattait sur Bruxelles. Comme il s’était abattu quelques mois plus tôt sur Paris, quelques années plus tôt sur Londres, Madrid, Oslo... Comme il s’abattra quelques semaines plus tard sur Nice, Istanbul, Berlin, Miami et tant d’autres villes qui, à quelques centaines, à quelques milliers de kilomètres de chez nous, connaîtront elles aussi malheureusement toute l’horreur du sang coulé. Toutes frappées par la haine, le rejet de toute idée de diversité, cette pure hérésie d’imaginer qu’il est sur cette terre une hiérarchie naturelle entre êtres humains...

« Face à la crise de toutes les démocraties occidentales, il faut ouvrir les portes du Parlement à la société civile »

Sous l’impulsion de Julie de Groote, le Parlement francophone bruxellois lance les « Ateliers du PFB », des rencontres-débats sur des thèmes de société variés et où se réunissent autour de la table, députés, experts et acteurs du monde associatif. « Face à la crise de toutes les démocraties occidentales,  je suis persuadée qu’une des réponses est d’ouvrir les portes du Parlement à la société civile », explique Julie de Groote. « J’ai initié les « Jeudis de l’Hémicycle » il y a quelques années. Une  initiative qui a rencontré et rencontre aujourd’hui encore un très grand succès ! Maintenant, il faut aller plus loin et approfondir ce dialogue entamé. »

La ségrégation à l'encontre des métis de Belgique reconnue!

Reconnaître la ségrégation à l'encontre des métis sous l'administration coloniale du Congo belge et la politique d'adoption forcée qui s'en est suivie, on en parle ce matin au Parlement bruxellois! Un texte sera voté dans quelques instants: «c'est la première fois qu'un Parlement pose un acte de reconnaissance de ce fait de notre mémoire coloniale», explique Julie de Groote.

Débat sur le CETA au parlement bruxellois !

« Le récent Brexit, nous force à examiner la situation du CETA – l’accord économique et commercial entre l’Union européenne et le Canada – sous un regard encore plus critique », affirme André du Bus, en Commission des Affaires et Questions européennes cet après-midi. « Car le Brexit illustre le fossé croissant entre une grande partie des citoyens de l’Union européenne et ses élites. Or, un des enjeux du CETA est la reconnaissance de son caractère mixte. C’est à dire un traité qui nécessite une ratification par les parlements de chacun des États membres, pour que chaque parlement puisse en débattre et en fixer les balises. »

Pour le cdH, au-delà de ce principe démocratique fondamental, l’analyse juridique du CETA plaide aussi pour la mixité. « Car le champ des compétences du traité dépasse largement le champ des compétences dévolues pleinement à la Commission européenne. Outre les enjeux commerciaux, ce traité porte aussi sur des enjeux sociaux, environnementaux, de santé, qui relèvent pleinement des compétences nationales ou régionales. La mixité s’impose donc », précise André du Bus.

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous.

Politique carcérale: «On est arrivé au bout d’un modèle»

Une carte blanche de Julie de Groote, extraits :

« Outre l’état de délabrement des infrastructures pénitentiaires, c’est la politique répressive menée en Belgique qui prend l’eau. Et ce n’est pourtant pas les idées qui manquent pour la réformer. De nombreux experts, collectifs et citoyens se sont exprimés sur le sujet. Les prisons sont en crise. La protestation n’est pas finie. Profitons de ce moment pour transformer cette crise en opportunité. Mettons-nous ensemble autours de la table pour repenser la politique carcérale et répressive de demain. Réunissons une Conférence interministérielle qui rassemble autour d’une même table l’ensemble des autorités qui ont une compétence en la matière, qu’elles soient fédérales, régionales et communautaires. »

« Un détenu « coûte » aujourd’hui entre 150 et 200 euros par jour. Un mois de prison représente 4500 euros. Une partie de ces sommes faramineuses doit être consacrée à développer, aussi, des sanctions alternatives.

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous.

"Une PME américaine n'est pas une PME belge"

Opposition au CETA/TTIP, André du Bus le rappelle en ce moment en séance plénière du Parlement francophone bruxellois : « la définition même d’une PME américaine n’est pas la même que celle d’une PME belge. Qu’il s’agisse des questions liées au nombre d’employés, à la charge administrative minimale, aux règles sociales, etc. La concurrence n’est donc pas équitable ! »
« Fondamentalement, le groupe cdH n’est pas contre l’élaboration de traités transatlantiques, ni contre le fait de favoriser le commerce entre différentes nations », précise d’emblée le député. « Cependant, à partir du moment où nous doutons et ne sommes pas convaincus des bienfaits réels de ces traités pour l’ensemble des citoyens, il est de notre devoir politique de réagir, de poser des questions, de baliser le champ d’action et de s’engager dans une voie où les risques sont le mieux maîtrisés. »
Ces traités transatlantiques interpellent : porteurs de réels débats de société, ils nous amènent à nous demander : vers quel type de société voulons-nous évoluer, nous Européens, Belges, et Bruxellois ?
Pour en savoir plus, cliquez ci-dessous.

Bruxelles: le nombre de conseillers communaux et d'échevins ne sera pas augmenté après 2018

Malgré le boom démographique, les communes bruxelloises ne compteront pas plus d'élus locaux après les élections communales de 2018! Pourtant, la loi communale bruxelloise prévoit un dispositif pour que le nombre de conseillers communaux et d'échevins soit représentatif du nombre d'habitants. Plus la commune est peuplée, plus elle compte de mandataires.
Pour Benoît Cerexhe, « au moins une moitié des communes de la Région pourrait être concernée par ce phénomène (Saint-Gilles, Jette, Uccle, Woluwe-Saint-Pierre, Berchem-Sainte-Agathe, Koekelberg, Ganshoren, Evere, Watermael-Boitsfort…). Même si la Région bruxelloise est de toutes les Régions du pays celle qui présente le moins grand nombre de mandataires communaux par habitant, il nous semble que l’augmentation du nombre de mandataires n’est pas chose utile. L’accord de gouvernement prévoit par ailleurs que les effets du boom démographique seront neutralisés pour ne pas permettre une augmentation du nombre de mandataires élus et exécutifs lors des prochaines élections communales. »

Crise sociale : le cdH demande un moratoire et appelle à la trêve et au dialogue

Face à l’enlisement de la crise sociale, le président du cdH, Benoit LUTGEN, demande au gouvernement et aux syndicats d’observer une trêve. Ce moratoire de plusieurs jours consiste à stopper les grèves en cours et à suspendre les dernières mesures qui heurtent les services publics et leurs travailleurs.
Le moratoire permettrait à toutes les parties de se remettre sereinement autour de la table afin de dessiner de nouvelles solutions constructives, bénéfiques pour tous et d’arrêter le blocage du pays.
Il est temps de hisser le drapeau blanc. Chacun doit faire un pas. L’escalade de chaque camp avec des décisions vexatoires, des déclarations déplacées et des actions sauvages doit marquer un temps d’arrêt au risque sinon d’entretenir une paralysie catastrophique et permanente de la Belgique.
Pour lire la suite, cliquez ci-dessous

S'abonner à Société