Société

Gouvernance publique à Bruxelles – Le cdH a signé les 5 propositions d’ordonnance et de modification du Règlement

Après une ultime relecture des textes ces derniers jours, le groupe cdH, par l’entremise de son chef de groupe, Benoît CEREXHE, a apporté ce mercredi matin sa signature aux 5 propositions d’ordonnance et de modification du Règlement issues des nombreuses et longues discussions du groupe de travail « Gouvernance » mis sur pied par le président du Parlement bruxellois et qui réunissait les groupes de la majorité et de l’opposition.

Ces 5 textes constituent, pour le cdH, une avancée très intéressante en termes de transparence, de cumuls des mandats et de limitation de revenus pour les mandataires publics. Benoît CEREXHE rappelle cependant que ces textes ne sont pas une fin en soi et que d’autres réformes sont attendues.

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous.

Peraïta aurait mieux fait de valoir son droit à la décence, plutôt que son droit au silence

Le groupe cdH au Parlement bruxellois, s’il n’est pas surpris du système de défense invoqué cet après-midi par Mme Pascale Peraïta – à savoir faire valoir son « droit au silence » – n’en est pas moins profondément choqué par son refus de répondre à la moindre des questions que les commissaires auraient pu lui poser.

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous.

Le cdH salue le courage et la ténacité de Barbara d'Ursel, tant dans sa lutte contre la maladie que dans la défense de ses dossiers parlementaires

Benoît Cerexhe et l’ensemble des parlementaires cdH au Parlement bruxellois ont appris avec une profonde tristesse le décès de leur collègue Barbara d’Ursel. 

Frappée depuis des mois par la maladie, Barbara d’Ursel aura lutté contre cette dernière jusqu’au bout avec cran et obstination, comme  elle pouvait le faire, avec conviction et intelligence, dans la défense des dossiers parlementaires qui lui étaient chers. 

Le groupe cdH présente ses plus humaines et ses plus sincères condoléances à sa famille, à ses amis et à l’ensemble de ses proches.

Crèches, écoles, logements,… Le cdH s’implique pour les familles!

Elus et militants cdH ont fêté la Journée internationale des Familles le 15 mai dernier en allant à la rencontre des familles, afin d’échanger et de débattre de leurs préoccupations et attentes au quotidien. L’occasion de rappeler les mesures déjà mises en œuvre par les Ministres cdH :

·         +6.850 places en crèches et chez les accueillantes pour les enfants de 0 à 3 ans ;

·         Accès élargi aux prêts du Fonds du Logement (taux avantageux et jusqu’à 120% de la valeur du bien) à tous les jeunes ménages bruxellois pour les aider à devenir propriétaire ;

·         +24 millions d’euros/an pour la rénovation des bâtiments scolaires et la création de nouvelles places dans les écoles.

Bonne fête à toutes les familles !

Ce lundi 15 mai, élus et militants cdH, emmenés par Céline Fremault, Benoît Cerexhe, Julie de Groote, Pierre Kompany, Christophe De Beukelaer,… ont fêté la Journée internationale des Familles en allant à la rencontre des familles, afin d’échanger et de débattre de leurs préoccupations et attentes au quotidien.

L’occasion de rappeler les mesures déjà mises en œuvre par nos Ministres :

  • +6.850 placesen crèche et chez les accueillantes pour les enfants de 0 à 3 ans ;
  • Accès élargi aux prêts du Fonds du Logement (taux avantageux et jusqu’à 120% de la valeur du bien) à tous les jeunes ménages bruxellois pour les aider à devenir propriétaire ;
  • +24 millions d’euros/anpour la rénovation des bâtiments scolaires et la création de nouvelles places dans les écoles.

Commémorations/Attentats du 22mars: "Il y a un an, l’innommable s’abattait sur Bruxelles…"

Il y a un an, l’innommable s’abattait sur Bruxelles. Comme il s’était abattu quelques mois plus tôt sur Paris, quelques années plus tôt sur Londres, Madrid, Oslo... Comme il s’abattra quelques semaines plus tard sur Nice, Istanbul, Berlin, Miami et tant d’autres villes qui, à quelques centaines, à quelques milliers de kilomètres de chez nous, connaîtront elles aussi malheureusement toute l’horreur du sang coulé. Toutes frappées par la haine, le rejet de toute idée de diversité, cette pure hérésie d’imaginer qu’il est sur cette terre une hiérarchie naturelle entre êtres humains...

« Face à la crise de toutes les démocraties occidentales, il faut ouvrir les portes du Parlement à la société civile »

Sous l’impulsion de Julie de Groote, le Parlement francophone bruxellois lance les « Ateliers du PFB », des rencontres-débats sur des thèmes de société variés et où se réunissent autour de la table, députés, experts et acteurs du monde associatif. « Face à la crise de toutes les démocraties occidentales,  je suis persuadée qu’une des réponses est d’ouvrir les portes du Parlement à la société civile », explique Julie de Groote. « J’ai initié les « Jeudis de l’Hémicycle » il y a quelques années. Une  initiative qui a rencontré et rencontre aujourd’hui encore un très grand succès ! Maintenant, il faut aller plus loin et approfondir ce dialogue entamé. »

La ségrégation à l'encontre des métis de Belgique reconnue!

Reconnaître la ségrégation à l'encontre des métis sous l'administration coloniale du Congo belge et la politique d'adoption forcée qui s'en est suivie, on en parle ce matin au Parlement bruxellois! Un texte sera voté dans quelques instants: «c'est la première fois qu'un Parlement pose un acte de reconnaissance de ce fait de notre mémoire coloniale», explique Julie de Groote.

Débat sur le CETA au parlement bruxellois !

« Le récent Brexit, nous force à examiner la situation du CETA – l’accord économique et commercial entre l’Union européenne et le Canada – sous un regard encore plus critique », affirme André du Bus, en Commission des Affaires et Questions européennes cet après-midi. « Car le Brexit illustre le fossé croissant entre une grande partie des citoyens de l’Union européenne et ses élites. Or, un des enjeux du CETA est la reconnaissance de son caractère mixte. C’est à dire un traité qui nécessite une ratification par les parlements de chacun des États membres, pour que chaque parlement puisse en débattre et en fixer les balises. »

Pour le cdH, au-delà de ce principe démocratique fondamental, l’analyse juridique du CETA plaide aussi pour la mixité. « Car le champ des compétences du traité dépasse largement le champ des compétences dévolues pleinement à la Commission européenne. Outre les enjeux commerciaux, ce traité porte aussi sur des enjeux sociaux, environnementaux, de santé, qui relèvent pleinement des compétences nationales ou régionales. La mixité s’impose donc », précise André du Bus.

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous.

S'abonner à Société