Société

SIMPLIFIER LE MODELE BRUXELLOIS

« Les débats institutionnels en Belgique – à Bruxelles, en particulier – se tiennent souvent à l’emporte-pièce », affirme Julie de Groote, Présidente du Parlement francophone bruxellois. « Certains déclarent qu’il faut simplifier l’architecture institutionnelle, par exemple en supprimant la Cocof (la Commission communautaire francophone. C’est une posture facile et péremptoire qu’on se permet d’adopter. »

La révolution numérique : tous inclus ?

La révolution numérique nous concerne tous! Que deviennent mes données et comment les protéger? Comment défendre mes droits lors d'un achat en ligne? Est-il possible de disparaître d'Internet sans laisser de trace? Comment faire face au harcèlement sur les réseaux sociaux? Comment vérifier la véracité et la qualité des informations en ligne? Suis-je équipé pour répondre à toutes ces questions? Qui peut m'aider? Pour le cdH, réussir la révolution numérique, c'est s'assurer que personne ne reste au bord du chemin.

MIEUX PROTEGER LES LANCEURS D ALERTE

Wikileaks, Swiss Leaks, Panama Papers,… Les affaires révélées au grand jour grâce aux lanceurs d’alerte se sont multipliées ces dernières années. Pourtant, de nombreux « potentiels lanceurs d’alerte » préfèrent se taire et ne dénoncent pas certains faits dommageables pour l’intérêt général par peur de représailles. Selon une étude menée pour la Commission européenne en 2017, le coût de ce silence est considérable : entre 5,8 et 9,6 milliards d’euros annuels rien que pour les faits de corruption non dénoncés dans les marchés publics au sein de l’Union européenne.

Gouvernance et efficacité : le cdH bruxellois favorable au décumul intégral avec une diminution du nombre de mandats !

Le cdH bruxellois est favorable au décumul intégral mais il doit s’accompagner d’une diminution du nombre de mandats: -30% du nombre de mandataires communaux et une cinquantaine de parlementaires bruxellois (au lieu de 89 comme c'est le cas actuellement). « Le but est d'alléger la facture pour le citoyen », expliquent Benoît Cerexhe et Hamza Fassi Fihri, dans L'Echo d'aujourd'hui.

Allocations familiales - La Ligue des familles presse Bruxelles de s'accorder sur un système proche du wallon (BELGA)

A moins de deux ans de l'échéance finale du transfert de cette compétence, il est "à peine concevable" que Bruxelles soit la seule entité du pays à n'avoir pas réussi à se mettre d'accord sur un nouveau modèle d'allocations familiales, a affirmé mardi la Ligue des Familles.

La Ligue soutient le modèle wallon - élaboré par l'ancienne coalition PS-cdH et repris par le nouvel exécutif MR-cdH - parce qu'il se rapproche au plus près du modèle qu'elle défend depuis 2012, a souligné sa secrétaire politique Delphine Chabbert, à l'ouverture des débats sur la réforme wallonne au parlement régional.

 

Allocations familiales : le cdH bruxellois rappelle son exigence, un montant de base de 150€ minimum par enfant

« Le cdH veut mettre en place un système qui soit équitable pour toutes les familles, y compris celles issues de la classe moyenne. Dans le contexte des sociologies familiales actuelles et celui de la concurrence fiscale entre Régions, le cdH demande aussi que le système à mettre en œuvre à Bruxelles facilite autant que faire se peut la vie des familles et limite au maximum les tentations d’aller voir dans d’autres régions si l’herbe et les allocations ne sont pas plus vertes. » C’est pourquoi Joëlle Milquet, Benoît Cerexhe et Hamza Fassi-Fihri exigent que chaque enfant bénéficie d’un montant d’allocation de base de minimum 150€, quel que soit son rang et quels que soient le(s) revenu(s) du (des) parents. « Un enfant égale un enfant », répètent-ils.

« Euro2020 » sans Bruxelles: la Chronique d’un Echec Annoncé !

L’Union Européenne de Football a donc, sans plus aucune surprise, décidé de biffer la Ville de Bruxelles des villes-hôtes du prochain Euro 2020. C’est une gifle magistrale pour les autorités de Bruxelles-Ville. C’est une gifle magistrale pour Bruxelles toute entière, dont l’image en Europe et dans le monde sort profondément écornée de ce fiasco. C’est aussi une baffe d’une dimension sans commune mesure pour les gestionnaires publics d’un dossier instruit dès le départ sur du sable plus que mouvant. C’est enfin un échec patent pour le Gouvernement fédéral incapable en ce dossier d’endosser un rôle d’arbitre et de facilitateur.

Un premier pas pour protéger les lanceurs d’alerte!

Wikileaks, Swiss Leaks, Panama Papers,… Les affaires révélées au grand jour grâce aux lanceurs d’alerte se sont multipliées ces dernières années. Cet après-midi, les députés bruxellois ont voté une résolution – initiée par Benoît Cerexhe et co-signée par les autres partis de la majorité – visant à protéger davantage ces personnes qui, par souci de l’intérêt général, choisissent de sortir du silence pour dénoncer des situations scandaleuses, souvent au détriment de leurs propres intérêts.

Le cdH sera « loyal » à l’accord de gouvernement, avec une exigence de transparence absolue!

Conformément à ce que le cdH a toujours affirmé depuis des semaines, le cdH n’a pas bloqué le fonctionnement de la Région bruxelloise en cette rentrée parlementaire mouvementée. Les enjeux pour les Bruxellois sont trop importants. 

Réformer la gouvernance à Bruxelles, une priorité pour le cdH !

La succession des scandales et des révélations sur les pratiques du Samusocial a montré la nécessité de réformer la gouvernance à Bruxelles. C’est d’ailleurs le sens de l’appel de Benoît Lutgen le 19 juin dernier. Transparence, objectivation des procédures, diminution des salaires des ministres, réduction du nombre de mandataires (députés bruxellois, échevins, conseillers communaux,…). Le cdH bruxellois fait de la gouvernance son cheval de bataille.

S'abonner à Société