Sécurité

Sécurité: débloquer des moyens pour lutter contre le radicalisme et le terrorisme!

Alors que la menace terroriste s’est intensifiée, le Gouvernement fédéral a – depuis sa mise en place – drastiquement diminué les moyens affectés à la Police (-112 millions en 2015 !) et à la Justice  (-200 millions). Or, il faut encore 400 millions structurels de plus en 2017 pour renforcer la prévention, lutter contre le radicalisme et le terrorisme au niveau national, et engager 1000 policiers complémentaires pour les zones de Bruxelles. 

« Le cdH avait obtenu une augmentation inédite des recrutements policiers : 4300 recrutements en 3 ans, soit 1.300 policiers de plus que les années précédentes dont 400 pour les transports en commun à Bruxelles, et une moyenne annuelle de 1400 recrutements en 2012, 2013 et 2014 », détaille Joëlle Milquet, Ministre de l’Intérieur jusqu’en 2014 et actuelle Présidente de la Commission des Affaires intérieures au Parlement bruxellois.

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous.

Ismaël Saïdi : Benoît CEREXHE déplore les pressions et demande que le projet soit poursuivi

Ismaël Saïdi : le chef de groupe cdH au Parlement bruxellois, Benoît CEREXHE, déplore les pressions et demande au gouvernement que le projet soit poursuivi, avec ou sans M. Saïdi.

Le chef du groupe cdH au Parlement bruxellois, Benoît CEREXHE, regrette vivement la décision prise par M. Ismaël Saïdi de ne plus donner suite au projet proposé par le Gouvernement régional bruxellois de faire réaliser par ses soins des capsules vidéo destinées à lutter contre la radicalisation et mieux contrer les très nombreuses communications qui pullulent sur la toile pour promouvoir les discours islamistes les plus radicaux.

Quelles que soient les raisons qui ont amené M. Saïdi à renoncer à ce projet, le chef du groupe cdH au Parlement bruxellois dénonce les diverses pressions exercées sur ce dernier pour le contraindre à abandonner ce projet.

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous.

Insécurité des femmes : le cdH défend l'idée de marches exploratoires

Le Parlement bruxellois a longuement débattu ce vendredi d'un thème de société particulièrement prégnant à Bruxelles comme dans la plupart des environnements urbains : "L'insécurité des femmes dans leurs déplacements dans l'espace public à Bruxelles". Retrouvez ci-dessous l'intervention qu'y a développée, au nom du groupe cdH, le député -chef de groupe, Benoît Cerexhe, qui a rappelé les bienfaits des "marches exploratoires" permettant de mieux cibler les actions à entreprendre, quartier par quartier, permettant d'accroître la confiance des femmes dans leur déplacements dans l'espace public urbain.

Recruter des Bruxellois au sein de la police locale

« Tenter d’attirer davantage de Bruxellois dans nos polices locales est un enjeu de taille », affirme Julie de Groote. La Députée cdH interpelle ce matin le Ministre-Président sur le recrutement des policiers en Région bruxelloise. « Les Bruxellois sont en effet susceptibles de mieux connaître les réalités du terrain et d’assurer une certaine proximité avec les citoyens de la Capitale. C’est également une manière d’encourager l’emploi en Région bruxelloise où le taux de chômage reste élevé. »

Pourtant, à diplôme égal, les candidats bruxellois réussissent moins bien les épreuves cognitives et de connaissance de la langue. 35,5% de réussite au niveau des candidats bruxellois alors que la moyenne nationale est de 50,7% !

Pour lire la suite, cliquez sur le lien ci-dessous.

Séance exceptionnelle au Parlement bruxellois

Aujourd'hui au Parlement bruxellois, séance exceptionnelle qui réunira toutes les entités fédérées bruxelloises (Région, Cocof, VGC, Cocom) pour un débat sur le vivre-ensemble, la (dé-) radicalisation, et la lutte contre le terrorisme. André du Bus, suivi de Hamza Fassi-Fihri, s'exprimeront au nom du groupe cdH.
Débat à suivre en direct en télé sur Télé-Bruxelles ou, en audio, sur le site du Parlement bruxellois lui-même à l'adresse suivante : 
http://www.parlbruparl.irisnet.be/le-parlement/comment-fonctionne-le-parlement/ecoutez-les-reunions/?lang=fr

Statistiques policières de la criminalité: – 8,5% à Bruxelles durant l’année 2013

La Vice-Première ministre, ministre de l’Intérieur et de l’Egalité des chances, Joëlle Milquet, et la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, saluent avec satisfaction les données présentées aujourd’hui par la police et qui démontrent que la comparaison des statistiques policières de criminalité affiche une tendance globale à la baisse du nombre de délits[1], de l’ordre de 5,5% entre 2013 et 2012 et de 7,7% en 2013 par rapport à l’année 2011.

Au cours de l’année 2013, 979.020 faits ont été dénombrés, soit une baisse de 56.547 faits par rapport à 2012 (1.035.567 faits) et de 82.207 faits par rapport à 2011 (1.061.227 faits). Les constatations établies lors de la publication des chiffres du 1er semestre 2013 sont donc confirmées et cette baisse annuelle est un prolongement de celle constatée en 2012 par rapport à 2011. On peut donc parler d’une tendance à la baisse qui se dessine, permettant d’aboutir à un nombre de faits de criminalité enregistrés le plus bas depuis de très nombreuses années.

Une nouvelle dotation de 55 millions pour les zones de police et la sécurité à Bruxelles !

Sous l’impulsion de Joëlle Milquet, le Gouvernement fédéral a approuvé 2 projets d’arrêtés royaux qui accorderont, pour 2013, une nouvelle dotation fédérale directe de 22,2 millions pour financer les zones de police et une autre de 32,5 millions pour la sécurité en Région bruxelloise.

La Région est-elle lésée dans le financement (fédéral) de ses zones de police ?

Depuis plusieurs années, les zones de police bruxelloises et les communes touchent des fonds fédéraux pour financer certaines dépenses de sécurité liées à l’organisation des sommets européens.

Ce financement se fait via un mécanisme de doubles enveloppes fermées : une première enveloppe arrêtée par zone et, pour chacune d’elles, des sous-enveloppes fermées par politique. « A charge des zones de justifier les sommes dépensées dans chacune de ces enveloppes, enveloppes qu’on ne peut évidemment pas dépasser mais qu’on ne perçoit bien sûr qu’à due concurrence des moyens justifiés », explique Hervé Doyen. « Le montant du financement accordé par le fédéral n’est donc pas toujours utilisé par les zones et communes. Pourtant, elles en ont besoin! »

Pour le Député cdH, « ce mécanisme de financement induit ce qu’il faut bien appeler des effets pervers pour les zones et, a contrario, bénéfiques pour le fédéral ».

Des mesures de sécurité indispensables et nécessaires au « vivre ensemble » !

L’évènement dramatique qui s’est déroulé il y a maintenant deux semaines a mis en lumière, même si le phénomène n’est pas nouveau, la problématique de la sécurité du personnel de la STIB et, plus globalement, de la sécurité dans les transports publics bruxellois. Les comportements violents sont devenus le quotidien de certains chauffeurs, alors qu’ils sont dans l’exercice de leur fonction au service de la population. Et les agressions à l’égard des usagers, tant verbales que physiques, sont de plus en plus fréquentes sur les lignes de la STIB.

Attaque sur un superviseur de la STIB : Un acte d’une violence inadmissible!

Le cdH bruxellois est unanimement choqué suite à l’agression extrêmement violente qui a provoqué la mort d’un superviseur de la STIB ce matin, Place des Armateurs. Il dénonce cet acte inhumain, aux conséquences dramatiques, qui plus est porté sur un agent du service public alors qu’il travaillait au service de l’intérêt général.

S'abonner à Sécurité