Ajouter un commentaire

SIMPLIFIER LE MODELE BRUXELLOIS

« Les débats institutionnels en Belgique – à Bruxelles, en particulier – se tiennent souvent à l’emporte-pièce », affirme Julie de Groote, Présidente du Parlement francophone bruxellois. « Certains déclarent qu’il faut simplifier l’architecture institutionnelle, par exemple en supprimant la Cocof (la Commission communautaire francophone. C’est une posture facile et péremptoire qu’on se permet d’adopter. » La députée insiste : « la Cocof peut encore avoir un réel impact. Durant les six derniers mois, elle a déclenché quatre procédures en conflit d’intérêts pour éviter que les intérêts des Francophones ne soient lésés par des décisions fédérales et instaurer un dialogue ».

Pour Julie de Groote, il faut néanmoins réfléchir à l’avenir de l’institution. « Nous avons assez d’imagination institutionnelle en Belgique. Il faut prendre le temps de penser à un nouveau mécanisme. La lisibilité de notre architecture institutionnelle est une des causes de la crise parlementaire actuelle. »

Tags: