Un coup de poignard à la recherche de la vérité et de la transparence

Le chef de groupe cdH au Parlement bruxellois Benoît Cerexhe dénonce avec véhémence les intentions annoncées par avocats de Mme Peraïta de faire valoir son prétendu droit au silence et ainsi de ne répondre à aucune des questions que les membres de la Commission d'enquête sur le Samusocial auront à lui poser.

Pour Benoît Cerexhe, cette attitude vise à vider totalement la Commission d'enquête de sa substance. Pour le chef de groupe cdH au Parlement bruxellois, cette attitude est un nouveau à coup de poignard apporté par les protagonistes du Samusocial à la recherche de la vérité et de la transparence, et confirme hélas la volonté de certains de continuer à faire prévaloir leurs seuls et propres intérêts personnels plutôt que la moralisation de la vie politique. Ces personnes-là ont une responsabilité énorme dans le délitement de la perception que les citoyens ont de l'action publique. Elles parachèvent de la déconsidérer.

Plus que jamais, ce refus de Mme Peraïta de s'expliquer devant la Commission d'enquête appelle à changer la donne politique à Bruxelles comme en Wallonie.

 

Tags: 

Commentaires

Ajouter un commentaire