Titres-Services en baisse en 2014 à Bruxelles : le cdH réagit

Communiqué de presse

 

Titres-services en baisse: « Il faut rebooster la mesure à Bruxelles en l’ouvrant à d’autres secteurs comme la garde d’enfants hors temps scolaire », dit le cdH

 

Pour la première fois depuis la mise en service de cette politique, le nombre de titres-services vendus en Région bruxelloise en 2014 a diminué par rapport à l’année précédente. En effet, il s’est vendu en 2014, 14.511.171 titres-services à Bruxelles, soit 538.173 unités de moins qu’en 2013. Cela représente une baisse conséquente de près de 3,6% .  Le nombre de titres écoulés est même inférieur à celui enregistré à la fin de l’année 2012.

Pour Benoit Cerexhe, chef du groupe CDH au Parlement bruxellois, «cette baisse du nombre de titres achetés à mettre en parallèle avec l’augmentation du nombre d’utilisateurs laisse à penser que le prix est un élément déterminant dans le recours ou non au titres-services *. Ce constat est interpellant et doit amener le Gouvernement bruxellois, désormais compétent pour cette matière, à développer le plus rapidement possible une politique de redynamisation de la mesure. »  

En effet, pour le groupe cdH au Parlement bruxellois, les titres-services sont un outil qui sert trois politiques importantes pour Bruxelles, les Bruxelloises et les Bruxellois : primo, la création d’emplois à destination d’un public sans haute qualification ; secundo, la lutte contre le travail au noir ; et, tertio, le soutien aux familles.  «C’est pourquoi nous devons travailler sur deux aspects corollaires : le maintien d’un prix attractif, puisque le prix du titre-service semble aujourd’hui être un facteur déterminant dans l’achat de ceux-ci *, et l’élargissement du spectre des métiers et aides domestiques éligibles à la mesure ‘titres-services ‘, propose ainsi Benoît CEREXHE, qui invite le Gouvernement bruxellois, « à mettre en œuvre, avec le secteur, l’extension du système à la garde d’enfants à domicile en fin de journée, en dehors du temps scolaire. Ces chèques-parentaux  permettraient de répondre aux besoins des familles pour un accueil extra-scolaire pour les enfants de 3 à 12 ans, avec une attention toute particulière apportée aux familles monoparentales».

Pour rappel, début 2014, quelque 21.000 Bruxellois travaillaient directement dans les entreprises dites « titres-services ». Les entreprises bruxelloises représentent près de 30 % de l’activité totale du secteur dans notre pays, avec plus de 31 millions de titres récoltés par des entreprises installées dans notre Région. « Nous ne pouvons nous permettre de voir ce secteur s’éroder, conclut Benoît CEREXHE, au risque de voir douze années d’effort balayées en deux trois mouvements et des opportunités réelles d’emploi pour un public peu qualifié s’évanouir pour retourner vers les circuits parallèles de travail au noir qui sont néfastes pour la société d’abord mais surtout, négatifs pour les travailleurs qui se voient privés de tout droit à une légitime protection juridique et sociale. »

 

* En effet, le nombre d’utilisateurs réguliers augmente de 5,2  % en 2014 passant de 89.978 à 94.698. En 2013, chaque utilisateur achetait en moyenne 167 titres-services ; en 2004, ce ratio est descendu  à 153 titres-services par utilisateur en moyenne, soit une baisse de l’ordre de 9 % .

 

 

Tags: 

Commentaires

Ajouter un commentaire