Maman travaille, Papa cuisine : les manuels scolaires en question ?

Julie de Groote

54% des jeunes bruxellois et wallons qui accèdent à l’université sont des filles. Or elles ne représentent que 2,5% des étudiants en informatique et 30% des étudiants dans les filières scientifiques et technologiques. Julie de GROOTE entend lutter contre cette répartition inégale entre les différentes filières dès le plus jeune âge.

Même aujourd’hui, alors que la promotion de l’égalité hommes-femmes est devenue un thème central au sein des politiques de diversité, les normes de comportements que l’on inculque aux filles et aux garçons demeurent fortement différentes.

La société véhicule de nombreux stéréotypes qui sont immanquablement présents à l’école. On entend souvent dire que les garçons seraient plus doués pour les mathématiques et les sciences, les filles pour le français et l’histoire. Il suffit d’ouvrir un manuel d’histoire pour s’en convaincre : hormis Marie Curie et Jeanne d’Arc, combien de figures historiques féminines y sont représentées ?

Si les stéréotypes réducteurs sont bien présents, Julie de GROOTE, mais aussi les personnes responsables de la formation, les conseillers pédagogiques et le service « Egalité des chances » en Communauté française s’emploient à susciter et enrichir la réflexion pour un accompagnement scolaire de qualité.

Déconstruire les préjugés et ainsi permettre à l’école de viser l’épanouissement de chaque élève sur base de ses seules compétences, c’est à cela que nous devons nous attacher !

Tags: 

Commentaires

Ajouter un commentaire