Ismaël Saïdi : Benoît CEREXHE déplore les pressions et demande que le projet soit poursuivi

Communiqué de presse

Ismaël Saïdi : le chef de groupe cdH au Parlement bruxellois, Benoît CEREXHE, déplore les pressions et demande au gouvernement que le projet soit poursuivi, avec ou sans M. Saïdi.

Le chef du groupe cdH au Parlement bruxellois, Benoît CEREXHE, regrette vivement la décision prise par M. Ismaël Saïdi de ne plus donner suite au projet proposé par le Gouvernement régional bruxellois de faire réaliser par ses soins des capsules vidéo destinées à lutter contre la radicalisation et mieux contrer les très nombreuses communications qui pullulent sur la toile pour promouvoir les discours islamistes les plus radicaux.

Quelles que soient les raisons qui ont amené M. Saïdi à renoncer à ce projet, le chef du groupe cdH au Parlement bruxellois dénonce les diverses pressions exercées sur ce dernier pour le contraindre à abandonner ce projet. Benoît CEREXHE rappelle en effet que M. Saïdi pouvait utilement mettre au service de l’intérêt collectif, son écriture, son talent de raconteur d’histoire, son excellente connaissance des cultures occidentale et musulmane, sa liberté d’artiste, et son engagement de citoyen, comme il a pu le démontrer ces dernières années en faisant non seulement vivre sa pièce « Djihad » mais plus encore en organisant les fameuses rencontres-débats avec le public – et les élèves dans les écoles - à l’issue de chacune des représentations de celle-ci.

Benoît CEREXHE invite le Gouvernement à ne pas pour autant abandonner le projet de faire réaliser des capsules vidéo par des auteurs qui connaissent précisément le public auquel ces capsules sont censées s’adresser, au risque de louper les objectifs que le Gouvernement se fixe dans la lutte contre la radicalisation des jeunes de notre Région. Le recours à des artistes pour ce faire a aussi ceci d’intéressant qu’il permet de bénéficier pleinement de la force et de la lumière générée par la sacro-sainte liberté de création des auteurs/créateurs/artistes. Des forces plus obscures et/ou des interventions politiques maladroites ont forcé M. Saïdi à renoncer à délivrer une œuvre, un message d’intérêt collectif pour toute notre société et ses différentes composantes. C’est, pour Benoît CEREXHE, un mauvais signal, profondément interpellant. Le groupe cdH demande à M. Saïdi de revoir sa position.

Quoi qu’il en soit, le projet devra se poursuivre, avec ou sans M. Saïdi, comme beaucoup d’autres actions qui doivent être menées pour offrir une réponse adéquate et efficace face aux moyens gigantesques mis en œuvre par Daesh et les prédicateurs de la haine pour diffuser partout dans le monde leur discours de violence et d’éradication des valeurs occidentales. La lutte contre la radicalisation et la défense de notre vivre-ensemble sont trop importants pour s’accommoder de cette renonciation.

Tags: 

Commentaires

Ajouter un commentaire