Impliquer davantage les aînés dans le processus de décision politique

Face à la défiance des citoyens envers le monde politique, permettre aux habitants, commerçants et autres forces vives de s’impliquer dans la vie politique – par exemple, au niveau de leur commune – est essentiel. Les députés bruxellois ont ainsi voté une proposition d’ordonnance, initiée par le cdH, favorisant la participation citoyenne des aînés : « tout le monde s’accorde à dire qu’il faut renforcer la démocratie participative et impliquer davantage les citoyens dans le processus de décision politique », explique le député cdH André du Bus. « Le texte voté mardi dernier en Commission au Parlement bruxellois vise à renforcer un outil, à savoir les conseils consultatifs des aînés, qui va contribuer à cet objectif. »

Les conseils consultatifs des aînés – dont la mission est de rendre des avis sur les politiques menées par les collèges communaux en matière de personnes âgées (mobilité, services, administration, maisons de repos,…) et de prendre des initiatives dans ce domaine – permettent aux aînés de davantage participer aux actions de la commune.

Actuellement, les communes bruxelloises sont habilitées, en vertu de la Nouvelle loi communale, à créer un conseil consultatif, dans n’importe quelle matière et quelle que soit la catégorie de personnes visées. Mais aucun cadre normatif n’existe en la matière à Bruxelles. « Cette proposition d’ordonnance fixe ainsi des balises, pour chaque commune, quant aux règles de composition (entre 9 et 15 personnes inscrites au registre de la population de la commune), de fonctionnement et concernant les missions des conseils consultatifs des aînés », précise André du Bus. « Et le fait que le président ne puisse pas être désigné parmi les autorités communales déjà en place garantit l’indépendance du conseil et empêche un simulacre de démocratie. »

Le texte oriente également clairement davantage les activités des conseils consultatifs des aînés vers la participation citoyenne que vers des activités récréatives, moins pertinentes dans une démarche de participation citoyenne. « Le présent texte laisse ainsi le champ libre au conseil consultatif des aînés de développer une série d’outils en la matière. Le subside que prévoit l’ordonnance y contribuera également », conclut le député cdH.

 

Tags: 

Commentaires

Ajouter un commentaire