Faire revenir Bruxellois et navetteurs en ville!

Benoît Cerexhe, Chef de Groupe cdH au Parlement bruxellois, propose de créer des zones franches – des zones où il y aurait une exonération de la fiscalité, pendant un certain nombre d’années – là où les noyaux commerciaux rencontrent le plus de difficultés.
Si Benoît Cerexhe salue les mesures prises par le Gouvernement bruxellois (exemption de la city tax pendant 6 mois pour les hôtels, création d’un fonds de crédits de crise pour les entreprises avec des problèmes de trésorerie, sécurisation des salles de spectacle, etc.), le Chef de Groupe veut aller plus loin pour soutenir, notamment, les restaurants, les cafés et les commerces.
Outre les zones franches, Benoît Cerexhe souhaite instaurer un pass mobilité pour les personnes qui viennent faire leurs courses à Bruxelles. Les commerçants pourraient distribuer un ticket pour le parking ou le métro à leurs clients.
Le député veut aussi travailler sur l’accessibilité de la ville : « on pourrait installer des panneaux qui indiquent qu’il reste autant de places dans tel parking, que tel quartier est accessible. Là, on ne voit que des panneaux qui parlent de tunnels fermés. »
Bref, pour Benoît Cerexhe, il faut investir urgemment pour faire revenir en ville, tant les Bruxellois que les navetteurs et les gens de la périphérie. « Les gens sont en train de prendre des habitudes, par exemple en faisant leurs courses en dehors de Bruxelles ou en préférant un shopping sécurisé à leurs commerces habituels. » Il propose aussi de réaliser des efforts financiers pour séduire de nouveaux organisateurs de congrès, d’événements,… pour stimuler le tourisme.
A-t-on l’argent, pour tout cela ? « A un moment donné, il faut faire des arbitrages dans les politiques. Il faut concentrer les moyens sur quelques objectifs fondamentaux, dont le développement économique », conclut Benoît Cerexhe.
A lire dans Le Soir d’aujourd’hui.

Tags: 

Commentaires

Ajouter un commentaire