Emploi des personnes handicapées

A l’occasion de la Journée Internationale des Personnes handicapées ce 3 décembre, le député-bourgmestre cdH Joël RIGUELLE dépose une proposition d’ordonnance instaurant l’obligation de mettre à l’emploi un quota de personnes handicapées dans les administrations publiques et les entreprises privées. Il souhaite également qu’un label « H+ » soit décerné aux entreprises valorisant la main d’œuvre de personnes porteuses de handicap.

En Belgique, le taux d’emploi des personnes handicapées travaillant dans la fonction publique fédérale s’élève à 1,37 %. Pourtant, différentes législations stipulent que les services publics sont tenus de recruter des travailleurs avec un handicap à concurrence de 2 à 3 % de leurs effectifs. Mais, faute de sanctions ou de pénalités, le taux d’emploi des personnes handicapées n’atteint pas ce quota.

C’est pourquoi Joël RIGUELLE dépose une proposition d’ordonnance obligeant les services publics et privés de la Région bruxelloise comptant au moins 20 personnes à mettre au travail un quota de 3 % de personnes handicapées. « Les employeurs qui ne remplissent pas cette obligation seront soumis à des mesures compensatoires, par exemple, faire appel à des Entreprises de Travail Adapté pour partie de leur production ou de leurs services ou bien verser une contribution annuelle au fonds de développement pour l’insertion professionnelle des handicapés », explique le député. « Si nécessaire, des sanctions devront être envisagées mais il s’agira de les déterminer, de préférence, avec les secteurs concernés qui doivent être partenaires de l’opération ».

Par ailleurs, Joël RIGUELLE souhaite créer – à l’instar des labels « Fairtrade » et « Bio » – un label « Handicap+ » (ou « H+ ») pour les entreprises employant des personnes handicapées ou faisant appel aux Entreprises de Travail Adapté (ETA) pour la production ou le conditionnement de leurs produits. Pour le député, « le but est de permettre à l’employeur – quelle que soit la taille de son entreprise – de s’engager socialement en décidant d’associer son produit à de la main d’œuvre « personne handicapée ». Le label donnerait ainsi à l’entreprise une image plus humaine et plus solidaire. »

Tags: 

Commentaires

Ajouter un commentaire