Débat ce matin sur la mise en place d’une zone régionale de basses émissions

« La qualité de l’air est devenue l’un des enjeux majeurs de cette législature », affirme Pierre Kompany, député cdH et membre de la commission Environnement. « L’impact sanitaire des polluants atmosphériques est très préoccupant. Responsable de nombreuses morts prématurées ou encore facteur de maladies respiratoires, surtout chez les plus jeunes, une mauvaise qualité de l’air constitue une vraie menace pour la santé de nos concitoyens. En conséquence, vu l’importance des enjeux, le Gouvernement bruxellois a réagi en adoptant à l’initiative de la ministre cdH de l’Environnement, Céline Fremault, les grands principes de la future zone régionale de basses émissions. »

« Les grands principes ont donc été adoptés, mais il va, dès à présent, falloir avancer dans sa mise en œuvre concrète et trancher encore de nombreuses modalités opérationnelles », poursuit Pierre Kompany. « Et il est important d’effectuer ce travail en concertation avec les acteurs concernés, afin d’assurer l’adhésion du plus grand nombre à ce beau projet ! »

Dans le cadre du débat de ce matin – en séance plénière du Parlement bruxellois et au nom du groupe cdH – Pierre Kompany pose les questions suivantes :
« Dans quelle mesure les bus de la STIB, TEC et de Lijn, ainsi que les bus de transport scolaire et de touristes  seront concernés par les interdictions progressives, mises en place dans le cadre de cette zone ? Sachant qu’un bus ou un car peut mettre de nombreuses années à être amorti, il s’agit d’une question importante.
Une étude de l’impact social de la mise en place de la zone sera-t-elle effectuée et, le cas échéant, des mesures d’accompagnement seront-elles prévues ?
Quels acteurs seront concertés dans la mise en œuvre concrète de la zone de basse émission ? »

Enfin, un autre dossier est lui aussi directement lié à la qualité de l’air que respirent les Bruxellois : l’élargissement du Ring. Le groupe cdH y est farouchement opposé, et pour cause. « Il serait en effet totalement incohérent de se féliciter de la mise en place d’une zone régionale de basses émissions si dans le même temps, nous ne montrons pas notre ferme opposition, principalement à l’égard du Gouvernement flamand, face à un projet qui risque fort, s’il aboutit, de mettre à mal les avancées obtenues avec la mise en place d’une telle zone. C’est pourquoi je demande au Gouvernement bruxellois de peser de tout sont poids et d’utiliser l’ensemble des moyens qui sont à sa disposition pour empêcher cet élargissement, qui serait tout à fait contraire aux intérêts des Bruxellois », conclut le député cdH.
 

Tags: 

Commentaires

Ajouter un commentaire