Cocof : Recours en vue contre le décret sur les quotas linguistiques dans les crèches flamandes

Le Parlement francophone bruxellois (PFB) a décidé à l’unanimité de soutenir l’introduction d’un recours en annulation contre le décret de la Communauté flamande du 20 avril 2012 portant sur l’organisation de l’accueil de bébés et de bambins, dit « le décret crèches ».

Pour rappel, ce décret réserve la priorité pour 55% des places en crèches bruxelloises aux enfants dont un des deux parents parle le Néerlandais.

Le PFB a décidé d’examiner en urgence lors de sa séance d’ouverture de la session parlementaire cette proposition qui invite la Présidente à introduire le recours à la Cour Constitutionnelle, à l’instar de ce qui a été décidé par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles lors de sa rentrée parlementaire.

Julie de Groote, Présidente du Parlement francophone bruxellois, se réjouit de la position unanime des députés. « Nous avions voulu donner toutes ses chances à la concertation entre gouvernements et aux possibilités d’amender le décret. Ceci n’a pas abouti en ce qui concerne les quotas, et nous voulons montrer à quel point nous estimons qu’il s’agit d’une atteinte grave aux intérêts de tous les Bruxellois. Imaginez une seule seconde un décret similaire adopté par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui réserverait 55% des places aux Bruxellois parlant le Français ! L’imaginer déjà ferait hurler, et à juste titre, tant c’est méconnaître la sociologie de Bruxelles. C’est ensemble, Flamands et Francophones, que nous devons faire face au boom démographique à Bruxelles. C’est une question d’avenir. »

Julie de Groote a souligné dans son discours introductif de la rentrée parlementaire le rôle joué ces derniers temps par le Parlement francophone bruxellois : lieu de dialogue constant avec son homologue flamand la Vlaamse Gemeenschapscommissie, lieu où il a été possible de répondre aux besoins criants comme cela a été le cas pour les abonnements scolaires, mais aussi lieu où les Francophones demandent le respect de leurs droits dans l’intérêt de tous les Bruxellois, comme cela est le cas aujourd’hui avec la résolution.

Tags: 

Commentaires

Ajouter un commentaire