Appel au boycot des élections sociales par ‘AccentJobs’ : Hamza Fassi-Fihri (cdH) rappelle que la législation bruxelloise oblige les sociétés d’intérim à respecter les principes de liberté syndicale

Communiqué de presse

Appel au boycot des élections sociales par ‘AccentJobs’ :
Hamza Fassi-Fihri (cdH) rappelle que la législation bruxelloise oblige les sociétés d’intérim à respecter les principes de liberté syndicale et d’accès à la négociation sociale.
Interpellation programmée…

Le député cdH Hamza Fassi-Fihri a lu avec étonnement et incrédulité les informations selon lesquelles une agence d'intérim incite les travailleurs à ne pas se présenter aux élections sociales et leur propose en échange des jours de congé, des smartphones ou d'autres avantages en nature.

Pour le député cdH, cette proposition est tout bonnement inacceptable et profondément anti-démocratique. Hamza Fassi-Fihri rappelle que les élections sociales permettent d'organiser sur une base de confiance réciproque les relations entre employeurs et employés au sein des entreprises d'une certaine taille. Les conseils d'entreprise et les comités pour la prévention et la protection du travail sont en effet d'excellents outils pour garantir un environnement professionnel de qualité entre les différents niveaux de gouvernance d'une entreprise.

Le député cdH Hamza Fassi-Fihri, membre de la Commission des Affaires économiques du Parlement bruxellois, interpellera donc le Gouvernement bruxellois sur les suites à donner à cet appel à boycot de l'agence d'intérim Accentjobs.

Hamza Fassi-Fihri rappelle qu'il existe en Région bruxelloise l’ordonnance de 2011 qui organise le marché mixte de l'emploi à Bruxelles ; celle-ci impose aux agences d'intérim l'obtention d'un agrément. Cet agrément est conditionné au respect de certaines règles, notamment celle prévoyant le respect de la liberté syndicale des travailleurs clairement explicitée à l'article 6 de ladite ordonnance. Le député cdH insiste sur le fait que les agences d'intérim, pour obtenir cet agrément, DOIVENT respecter la liberté syndicale et les législations sociales en cours.

C'est pourquoi, Hamza Fassi-Fihri interpellera Didier Gosuin sur les démarches que le gouvernement compte prendre envers cette société d'intérim, y compris des sanctions éventuelles, sur base du non-respect par cette dernière d'une des premières conditions à remplir pour obtenir l'agrément, ainsi qu'envers le secteur de l'intérim (FEDERGON), afin de vérifier la bonne disposition de celui-ci à l'égard de ce cadre légal.

Tags: 

Commentaires

Ajouter un commentaire