Allocations familiales : le cdH bruxellois rappelle son exigence, un montant de base de 150€ minimum par enfant

Le Conseil d’Etat a rendu au gouvernement wallon un avis sur l’avant-projet de décret sur les futures allocations familiales régionalisées. Selon le Conseil d’Etat, la différence de traitement entre les enfants nés avant ou après la réforme – à savoir le 1er janvier 2019 – n’est pas suffisamment justifiée et demande des arguments complémentaires.

A Bruxelles, la réforme des allocations familiales est en cours de négociation depuis de nombreux mois. Le groupe cdH au Parlement bruxellois, par la voix de Benoît Cerexhe, de Joëlle Milquet et d’Hamza Fassi-Fihri, rappelle sa position – sans équivoque aucune – dans ce dossier :

« Le cdH veut mettre en place un système qui soit équitable pour toutes les familles, y compris celles issues de la classe moyenne. Dans le contexte des sociologies familiales actuelles et celui de la concurrence fiscale entre Régions, le cdH demande aussi que le système à mettre en œuvre à Bruxelles facilite autant que faire se peut la vie des familles et limite au maximum les tentations d’aller voir dans d’autres régions si l’herbe et les allocations ne sont pas plus vertes. » C’est pourquoi Joëlle Milquet, Benoît Cerexhe et Hamza Fassi-Fihri exigent que chaque enfant bénéficie d’un montant d’allocation de base de minimum 150€, quel que soit son rang et quels que soient le(s) revenu(s) du (des) parents. « Un enfant égale un enfant », répètent-ils.

« Au regard des spécificités bruxelloises,le cdH rappelle que le meilleur moyen de lutter contre la précarité est de prévoir des montants de base les plus élevés possibles auxquels s’ajoutent des compléments sociaux ; c’est pourquoi le cdH demande que des compléments sociaux importants soit alloués également aux familles dont les revenus ne dépassent pas les 45.000 euros », poursuivent Benoît Cerexhe, Hamza Fassi-Fihri et Joëlle Milquet. « Et, surtout, AUCUNE famille ne doit voir ses allocations familiales diminuer par rapport à ce qu’elle reçoit aujourd’hui dans le système actuel. »

 

« Enfin, pour le cdH, le système à venir d’octroi d’allocations familiales doit être finançableà moyen et long termes, et ne pas alimenter des effets d’aubaine à très court terme. Pour le cdH, CHAQUE enfant – demain et dans un avenir plus éloigné - doit bénéficier au moins de 150€ par mois. Pour le cdH, les rangs entre enfants doivent être supprimés et des compléments sociaux importants doivent être accordés aux familles les moins favorisées », concluent les trois députés.

 

Tags: 

Commentaires

Ajouter un commentaire