« Face à la crise de toutes les démocraties occidentales, il faut ouvrir les portes du Parlement à la société civile »

Sous l’impulsion de Julie de Groote, le Parlement francophone bruxellois lance les « Ateliers du PFB », des rencontres-débats sur des thèmes de société variés et où se réunissent autour de la table, députés, experts et acteurs du monde associatif. « Face à la crise de toutes les démocraties occidentales,  je suis persuadée qu’une des réponses est d’ouvrir les portes du Parlement à la société civile », explique Julie de Groote. « J’ai initié les « Jeudis de l’Hémicycle » il y a quelques années. Une  initiative qui a rencontré et rencontre aujourd’hui encore un très grand succès ! Toutes nos dates sont occupées, l’Hémicycle est rempli et nous sommes souvent obligés de refuser des inscriptions. Cela montre donc qu’il y a un espace de démocratie que la société civile veut occuper. Maintenant, il faut aller plus loin et approfondir ce dialogue entamé. »

 

L’objectif de ces ateliers: permettre un dialogue entre députés, experts et associatif mais aussi permettre de se parler de manière franche. Deux orateurs exposent en quelques minutes leurs points de vue sur les thématiques choisies au début de chaque rencontre. Le résultat de ces travaux fera l’objet de comptes-rendus publiés sur le site du Parlement francophone bruxellois.

 

« Art dans la rue : provocation ou expression artistique ? » (Jeudi 16 mars 2017) 

 

Le premier atelier portait sur la fresque du pénis à Saint-Gilles. Initié par le cdH local, le débat porte sur la frontière entre l’expression artistique et la provocation. « La politique, le religieux, le sexe ou encore le corps sont les sujets préférés de la provocation artistique. Il existe depuis toujours un aller-retour permanent entre transgression et interdit, provocation et censure, scandale et norme sociale qui fait évoluer l’art », explique Julie de Groote. « Si de par sa nature même, l’artiste adopte un regard différent sur le monde, transgresse les tabous, fait bouger les normes et fait évoluer la société, quelle est dès lors sa limite ? » Ce premier atelier a tenté de répondre à cette question, qui est loin d’être simple. Un débat avec notamment Ralph Dekoninck, professeur d’histoire de l’art à l’UCL et Claude Javeau, professeur de sociologie honoraire à l’ULB.       

 

Plus globalement, le premier cycle (première édition) des « Ateliers du PFB » porte sur « la Culture et la Liberté d’expression ». Les prochains ateliers sont :

 

« Liberté d’expression et réseaux sociaux : où placer la limite ? » (Mardi 28 mars 2017)

Intervenants :

- Olivier Bogaert, Commissaire de la Computer crime unit

- Jacques Englebert, Avocat spécialisé en droit des médias

 

3) « Pièces de théâtre, films, documentaires « d’utilité publique » : la culture au service du politique ? » (Mardi 25 avril 2017)

Intervenants :

- Ismaël Saidi, réalisateur, auteur de la pièce « Djihad » 

- Michel Kacenelenbogen, directeur du théâtre « Le Public »

 

Réservations: relpub@parlementfrancophone.brussels

 

Tags: 

Commentaires

Ajouter un commentaire