Colloque « Bruxelles, Smart City », le mardi 23 mai au Parlement bruxellois !

Organisé par le Groupe cdH au Parlement bruxellois, ce colloque veut ouvrir les portes de l'intelligence urbaine bruxelloise et envisager les meilleurs moyens pour faire de Bruxelles une smart city. Comment s'organise-t-on à Bruxelles pour capter et traiter les données, mais aussi pour les protéger et garantir la vie privée des citoyens? Surtout, comment pouvons-nous les utiliser pour une mobilité plus fluide et moins polluante, pour une gestion plus efficiente de l'énergie, de notre environnement, pour des services à la population et aux entreprises plus efficaces, plus rapides et moins coûteux?

Commémorations/Attentats du 22mars: "Il y a un an, l’innommable s’abattait sur Bruxelles…"

Il y a un an, l’innommable s’abattait sur Bruxelles. Comme il s’était abattu quelques mois plus tôt sur Paris, quelques années plus tôt sur Londres, Madrid, Oslo... Comme il s’abattra quelques semaines plus tard sur Nice, Istanbul, Berlin, Miami et tant d’autres villes qui, à quelques centaines, à quelques milliers de kilomètres de chez nous, connaîtront elles aussi malheureusement toute l’horreur du sang coulé. Toutes frappées par la haine, le rejet de toute idée de diversité, cette pure hérésie d’imaginer qu’il est sur cette terre une hiérarchie naturelle entre êtres humains...

« Face à la crise de toutes les démocraties occidentales, il faut ouvrir les portes du Parlement à la société civile »

Sous l’impulsion de Julie de Groote, le Parlement francophone bruxellois lance les « Ateliers du PFB », des rencontres-débats sur des thèmes de société variés et où se réunissent autour de la table, députés, experts et acteurs du monde associatif. « Face à la crise de toutes les démocraties occidentales,  je suis persuadée qu’une des réponses est d’ouvrir les portes du Parlement à la société civile », explique Julie de Groote. « J’ai initié les « Jeudis de l’Hémicycle » il y a quelques années. Une  initiative qui a rencontré et rencontre aujourd’hui encore un très grand succès ! Maintenant, il faut aller plus loin et approfondir ce dialogue entamé. »

« Des vélos électriques dans chaque station Villo », demande le cdH bruxellois

Près d’un vélo sur dix utilisé lors des déplacements domicile/travail à Bruxelles est un vélo électrique. Un succès qui ne cesse de grandir puisqu’à l’heure actuelle, un vélo vendu sur deux est un vélo électrique. Pour le cdH bruxellois, il est essentiel de développer ce mode de mobilité douce – le plus adapté pour circuler en milieu urbain – d’une part, en  introduisant des vélos électriques dans chaque station Villo et d’autre part, en octroyant, à l’image de ce que font d’autres capitales européennes, des primes à l’acquisition de vélos électriques.

La ségrégation à l'encontre des métis de Belgique reconnue!

Reconnaître la ségrégation à l'encontre des métis sous l'administration coloniale du Congo belge et la politique d'adoption forcée qui s'en est suivie, on en parle ce matin au Parlement bruxellois! Un texte sera voté dans quelques instants: «c'est la première fois qu'un Parlement pose un acte de reconnaissance de ce fait de notre mémoire coloniale», explique Julie de Groote.

Congo : une commission d'enquête internationale sur les massacres au Kasaï!

Pour le cdH, le gouvernement congolais doit exécuter sans délai l’accord conclu avec le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement et offrir une sépulture digne à Etienne Tshisekedi. A défaut, la Belgique et la Communauté internationale doivent envisager de vraies sanctions ! Le cdH demande également qu’une commission d'enquête internationale puisse se constituer sur les massacres perpétrés par les forces gouvernementales au Kasaï.

Mobilité : des transports en commun gratuits pour les mouvements de jeunesse!

En Belgique, plus de 250.000 jeunes participent chaque week-end aux activités organisées par les mouvements de jeunesse. Ils sont environ 20.000 en Région bruxelloise. Le cdH bruxellois demande la gratuité pour tous les mouvements de jeunesse sur les réseaux STIB et SNCB et dépose, sur la table du Parlement, une proposition de résolution visant à imposer dans le futur contrat de gestion de la STIB ce principe de gratuité. Un principe qui permettrait de soulager financièrement ces organisations.