Piétonnier: Benoît Cerexhe et Hamza Fassi-Fihri (cdH) dénoncent l’inertie de la Ville de Bruxelles!

Présents au Mapic (salon de l’immobilier commercial) de Cannes pour soutenir Bruxelles, Benoît Cerexhe et Hamza Fassi-Fihri s’étonnent de n’y avoir rien vu sur le piétonnier. «J’ai vu une très belle promotion du projet Neo et sa nouvelle maquette, mais rien sur le piétonnier », affirme Benoît Cerexhe. «Même Uplace avait une plus grande visibilité. Alors, quand je lis que Marion Lemesre se félicite de l’action bruxelloise au Mapic, je souris…».

«Au collège des bourgmestre et échevins, on nous dit qu’on a plein d’investisseurs prêts à mettre de l’argent dans le centre de notre capitale», poursuit Hamza Fassi-Fihri. «Or, quand on parle avec eux, on se rend compte qu’ils ne savent pas ce que veut la Ville. Le collège est non seulement divisé sur la question, mais il n’arbitre rien. On nous a parlé un moment d’une “Belgian Avenue” qui mettrait en avant les produits belges, puis on nous a dit qu’il n’y en aura plus. Nous voulons une stratégie claire et rapide.»

Délocalisation des entreprises: «l’emploi de demain se prépare aujourd’hui»

« La gestion du boom démographique bruxellois, ce n’est pas qu’une question de logements, de crèches, d’écoles et d’infrastructures sportives. C’est aussi une question – vitale – d’Economie, de développement économique, de soutien aux entreprises et d’attention marquée aux besoins qui sont les leurs », a affirmé Benoît Cerexhe, lors du débat sur la délocalisation des entreprises bruxelloises au Parlement régional. 

Pour le Chef de groupe cdH au Parlement bruxellois, certains signaux récents doivent nous alerter : « alors que Bruxelles comptait 718.000 postes de travail en 2013, ce chiffre tourne aujourd’hui autour des 700.000. Et l’enquête de la Chambre de Commerce de Bruxelles sur les entreprises qui ont quitté Bruxelles et celles qui y sont arrivées débouche également sur un solde négatif d’environ 5000 postes de travail, au détriment de notre Région. » 

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous.

Dernières dépêches

Sécurité: débloquer des moyens pour lutter contre le radicalisme et le terrorisme!

Alors que la menace terroriste s’est intensifiée, le Gouvernement fédéral a – depuis sa mise en place – drastiquement diminué les moyens affectés à la Police (-112 millions en 2015 !) et à la Justice  (-200 millions). Or, il faut encore 400 millions structurels de plus en 2017 pour renforcer la prévention, lutter contre le radicalisme et le terrorisme au niveau national, et engager 1000 policiers complémentaires pour les zones de Bruxelles. 

« Le cdH avait obtenu une augmentation inédite des recrutements policiers : 4300 recrutements en 3 ans, soit 1.300 policiers de plus que les années précédentes dont 400 pour les transports en commun à Bruxelles, et une moyenne annuelle de 1400 recrutements en 2012, 2013 et 2014 », détaille Joëlle Milquet, Ministre de l’Intérieur jusqu’en 2014 et actuelle Présidente de la Commission des Affaires intérieures au Parlement bruxellois.

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous.

40 ans du métro: développer les transports publics, LA solution « mobilité » !

Il y a 40 ans, le métro bruxellois faisait ses premiers pas sur les rails de la capitale !

Pour le cdH, développer les transports publics est la plus importante et la plus prioritaire des réponses à apporter pour lutter contre l’engorgement routier : STIB, RER, SNCB, Tec, De Lijn. Et de tous les modes de transport gérés par la STIB, le métro est incontestablement celui qui offre la plus grande régularité, la plus grande vitesse, la plus grande capacité – sa capacité est 4 fois supérieure à celle du tram! – et le meilleur confort global. De tous les modes de transport public, c’est aussi celui qui recueille le plus large consensus des usagers.

Le cdH souhaite que l’offre de métro soit étendue et augmentée à Bruxelles.

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous.

Les derniers messages sur Facebook

Incident grave à Zaventem: le cdH bruxellois dénonce «l’incurie» et la «désinvolture» du Gouvernement fédéral

Le Chef de groupe cdH au Parlement bruxellois et Bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, Benoit CEREXHE, réagit avec effroi, mais aussi avec un sentiment de révolte, face aux informations selon lesquelles un accident aérien a été évité de toute justesse la semaine dernière entre deux avions en phase de décollage pour l’un, d’atterrissage pour l’autre, sur le tarmac de l’aéroport de Zaventem.

« Cet incident, qui aurait pu se terminer à quelques secondes près par un drame sans nom, nous renvoie hélas à l’incurie totale du Gouvernement fédéral dans le dossier aéroportuaire – et ce depuis deux ans – et à la manière partiale,  partisane  et scandaleuse dont Belgocontrol met en œuvre aujourd’hui le système de choix d’utilisation des pistes à Bruxelles-National, en violation totale des instructions ministérielles »,  déclare Benoît CEREXHE.

Le Chef de groupe cdH au Parlement bruxellois dénonce la parfaite « désinvolture » avec laquelle les ministres GALANT, hier, et BELLOT, aujourd’hui, gèrent le dossier aéroportuaire.

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous.

Le CETA nuit au développement humain!

Alors que les initiatives diplomatiques se multiplient pour favoriser la conclusion d’un accord, les groupes cdH de la Fédération Wallonie-Bruxelles, du Parlement de Wallonie et du Parlement francophone bruxellois réaffirment leur opposition au projet de CETA, le traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada.

Les trois groupes ont pris acte d’un projet de déclaration interprétative relative à cet accord, destiné à clarifier la portée du CETA. Le cdH estime que cette déclaration est insuffisante et ne répond pas aux multiples objections formulées vis-à-vis de cet accord :

- Les PME et TPE sont clairement désavantagées par rapport aux multinationales: elles subiront de plein fouet la concurrence de grandes entreprises. En témoignent les positions adoptées par de nombreuses organisations de défense des classes moyennes (dont l’UCM) à travers l’Europe.

- Le CETA risque de nuire à la santé des hommes et de l’environnement.

Pour lire la suite, cliquez ci-dessous.